Lire le langage corporel : trois paradoxes de la communication non verbale

La lecture du langage corporel fait encore l’objet de nombreuses idées-reçues. J’ai déjà évoqué dans un précédent article la question de la détection du mensonge mais je suis régulièrement confrontée à de nouvelles demandes montrant qu’il est important de faire tomber les stéréotypes sur le non verbal ! Voici trois exemples de « paradoxes du non verbal ».

 

Paradoxe n°1 : le code du non verbal est valable dans toutes les situations

C’est une demande récurrente et tout à fait légitime de la part des entreprises qui me contactent : elles souhaitent une formation ciblée pour une fonction spécifique. Par exemple seulement pour les managers, ou seulement pour les commerciaux.

non verbal commercial

C’est un premier paradoxe parce qu’en réalité, le code du non verbal et la lecture des gestes seront les mêmes quelles que soient la fonction ou la situation. Il faut bien comprendre que le non verbal est un langage possédant ses propres codes, comme un alphabet.

Lorsque l’on connaît l’alphabet, on peut lire tous les mots et tous les livres, quels que soient leurs sujets. C’est la même chose pour le non verbal !

Quelqu’un qui en connaît l’alphabet et les bases pourra « lire » n’importe quelle personne et être plus performant dans n’importe quelle situation. Et vous conviendrez qu’il serait dommage de n’apprendre que la moitié de cet alphabet ! En voulant à tout prix réaliser des formations spécifiques, on oublie pourtant parfois d’apprendre le générique qui est LA base indispensable pour décrypter correctement les gestes.

C’est pour cette raison que j’explique toujours à mes clients que le non verbal est une langue qui s’apprend de manière globale et qui pourra ensuite être utilisée dans le cadre professionnel mais également dans le cadre personnel. Et bien évidemment, si je propose d’apprendre l’alphabet complet, les mises en situation, elles, sont personnalisées selon les demandes que je reçois.

 

Paradoxe n°2 :  le langage du corps est le même quelle que soit sa culture

Ce deuxième paradoxe rejoint le premier puisque j’ai régulièrement des demandes d’entreprises qui traitent avec des clients non européens. Elles souhaitent donc axer les formations sur le langage non verbal d’une autre culture.

Cependant, s’il y a bien des usages culturels, 90% du langage du corps est universel

langage du corps et culture

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’apprendre le langage du corps d’un autre pays puisqu’il est le même pour tout le monde. Cependant, des études ont montré que des différences pouvaient apparaître dans l’amplitude et la répétitivité des gestes.

Pour un œil non averti, ces petites variations peuvent faire penser que les gestes n’existent pas.

Dans certaines cultures, il est de bon ton d’économiser ses gestes ou de ne pas faire de grands mouvements. Mais si vous observez bien, vous verrez rapidement que la joie, la tristesse, l’adhésion ou le désaccord se traduisent par les mêmes mouvements dans nos deux cultures.

non verbal culture

 

Paradoxe n°3 : la communication non verbale est une langue qui demande une acquisition sur la durée

Quand je parle du non verbal, tout le monde s’accorde à dire que non seulement ce langage existe, mais qu’il est très important. Certains ont essayé de le quantifier, avec des chiffres qui varient : 50 à 70% des messages que nous envoyons seraient non verbaux.

Et pourtant, si l’on apprend le langage verbal à l’école (et même parfois plusieurs langues), toujours aucune formation sur le langage du corps

Il s’agit bien d’un troisième paradoxe !

Formation Non verbal par Olga Ciesco

Les choses évoluent quand on entre dans le monde de l’entreprise. De plus en plus de responsables me sollicitent pour former leurs équipes, sur une ou deux journées. C’est une très bonne initiative et pourtant, je pense qu’elle n’est pas suffisante.

Une journée de formation permettra d’initier au non verbal mais pas de le maitriser

Comme dans l’apprentissage de n’importe quelle langue, le non verbal demande du temps pour acquérir les codes et savoir les utiliser correctement. Et pour cela, il faudrait au moins 20h de formation par personne (mais pas d’affilé, il faut étaler pour laisser le temps au cerveau de se reposer).

Conférence par Olga Ciesco sur la communication non verbale 8

J’ai conscience que ce type de formation est presque impossible à mettre en place dans les entreprises et c’est aussi pour cela que le programme First existe : avec un nouveau module chaque semaine, il facilite l’intégration des notions sans se perdre dans un flot d’informations trop important. Si vous voulez vraiment maitriser le non verbal, c’est donc une solution de e-learning peu couteuse et vraiment complète.

Dans tous les cas, il est vraiment important de garder à l’esprit que le non verbal est une langue qui nécessite un apprentissage et une pratique régulière pour être maitrisée.


fullsizeoutput_1da6Pour en savoir plus sur le non verbal et apprendre à décrypter le langage corporel, inscrivez-vous au programme First !

PBC OlgaPour faire correspondre votre photo de profil à votre personnalité et à vos aspirations, retrouvons-nous sur Photojump !


Profitez d’analyses, de conseils, d’anecdotes, suivez-moi !

e089d70f-51fe-4bc3-9fb4-50af5d51ef69Logo-youtubemd_5a9797d083160

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *